Posted on Leave a comment

Formation professionnelle : « Avec la VAE, l’expérience gagne en lisibilité »

En France, près d’un actif sur deux (49 %) a envisagé, initié ou réalisé une reconversion professionnelle. Sur ce chiffre, presque la moitié l’ont déjà mené à bien. Tout salarié et demandeur d’emploi, qui justifie d’au moins un an d’expérience, peut prétendre à la validation des acquis de l’expérience auprès d’un organisme certificateur. Une apprentie et une formatrice témoignent de la pertinence de ce dispositif.

Marina Socheleau (43 ans, de Cholet) vient de terminer sa formation.

En cet automne 2021, Marina Socheleau vient tout juste de terminer une intense période de formation. Neuf mois partagés entre une validation des acquis de l’expérience (VAE) et une certification en e-commerce et e-marketing. En 23 ans de carrière professionnelle, cette cadre qui a commencé à travailler jeune avec un BTS en poche, a évolué dans différents groupes et enseignes commerciales, gagnant peu à peu en responsabilités. Des débuts en tant qu’animatrice formatrice des ventes jusqu’à responsable commercial, très récemment.

Avec le souhait d’accéder à de nouvelles fonctions managériales​, souligne-t-elle. Pour aller plus loin, Marina s’est donné un double objectif : faire reconnaître les acquis de son expérience via l’obtention d’un diplôme de niveau Licence et se former en parallèle au commerce digital. Le numérique a profondément transformé les métiers du commerce. Maîtriser ce maillon-là, somme toute assez technique, est fondamental pour continuer à évoluer dans ce secteur d’activité.

Marina aurait bien poussé jusqu’à un master marketing en alternance en activant une VAP (validation des acquis professionnels), dispositif qui permet d’accéder à un niveau d’études en valorisant ses acquis professionnels. Mais son employeur n’a pas accédé à la demande. Aussi, je me suis orientée vers la VAE, tout en négociant un départ de l’entreprise. Le CPF a couvert le coût de la VAE, j’ai financé la certification qui s’est déroulée principalement à distance.

Marina s’est tournée vers le CNAM pour l’accompagnement à la VAE, étape qu’elle juge obligatoire pour théoriser son parcours. Car, pour aboutir le dossier, il faut mener une véritable enquête sur ses expériences professionnelles, être capable de détricoter l’opérationnel, et le traduire en compétences attendues par chaque unité d’enseignement (UE)… L’accompagnement amène là où il faut creuser, l’effet miroir est indispensable. La rédaction demande aussi de l’énergie et du temps, je suis fière d’avoir abouti ce projet.

Marina a validé l’intégralité des UE. Aujourd’hui, elle recherche un poste dans la stratégie commerciale dans une entreprise au projet motivant. Se former encore ? Assurément, dit-elle, oui pour continuer à apprendre et peut-être, à son tour, transmettre.

Sources : Formation professionnelle : « Avec la VAE, l’expérience gagne en lisibilité » (ouest-france.fr)

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.